Evénement déclencheur

Le 14 septembre 1941, Madame Maïté Chevalier, en compagnie d’autres français, descend après avoir atteint le sommet de la Grande Fache (3 006 mètres). Maïté a glissé et a commencé à tomber en glissant sur les neiges glacées. Elle a planté son piolet mais celui-ci s’est cassé, se réfugiant sous la protection de Sainte Marie et a fini de planté ce qu’il restait de son piolet dans la neige molle qu’elle a trouvée. Elle s’est arrêtée juste avant de tomber dans le vide sur la face nord du pic. Là-bas, elle pouvait à peine être sauvée.

En signe de remerciement pour ce qu’ils considéraient comme un miracle dès le premier instant, ils ont voulu monter l’année suivante, plus précisément le 4 septembre 1942, pour célébrer la messe au sommet. Au cours de cette ascension, ils étaient accompagnés d’un groupe de 20 personnes qui ont transporté du ciment, du sable et de l’eau pour placer une statue de Notre-Dame de Lourdes au sommet.

L’histoire est plus longue et plus détaillée, dans notre carnet de chant, mais c’est essentiellement la raison pour laquelle, malgré le fait que tous les personnages de cette histoire soient morts, un groupe d’alpinistes, français et espagnols, continue de monter chaque année le 5 août pour célébrer une messe au sommet et se souvenir de ceux qui sont tombés sur la montagne.

Bien sûr, vous êtes invités !

image Création de l’association

image   Accueil